HISTOIRE GÉNÉRALE DES CHIENS.

HISTOIRE GÉNÉRALE DES CHIENS.

Il n’est pas incongru de penser qu’au tout début de l’existence de l’homme dans ce monde, il s’est fait l’ami et le compagnon d’une sorte de représentant autochtone de notre chien moderne, et qu’en échange de son aide pour le protéger des animaux plus sauvages, et pour garder ses moutons et ses chèvres, il lui a donné une part de sa nourriture, un coin dans son logement, et a appris à lui faire confiance et à en prendre soin. Il est probable qu’à l’origine, l’animal n’était rien d’autre qu’un chacal d’une douceur inhabituelle, ou un loup malade poussé par ses compagnons de la meute sauvage en maraude à chercher refuge dans un environnement étranger. On peut très bien concevoir que le partenariat commence dans le cas où certains petits sans défense sont ramenés à la maison par les premiers chasseurs pour être soignés et élevés par les femmes et les enfants. Les chiens introduits dans la maison comme jouets pour les enfants se considéreraient et seraient considérés comme des membres de la famille

Dans presque toutes les régions du monde, on trouve des traces d’une famille de chiens indigènes, les seules exceptions étant les îles des Antilles, Madagascar, les îles orientales de l’archipel malaisien, la Nouvelle-Zélande et les îles polynésiennes, où il n’y a aucun signe qu’un chien, un loup ou un renard ait existé en tant que véritable animal aborigène. Dans les anciennes terres orientales, et généralement chez les premiers Mongols, le chien est resté sauvage et négligé pendant des siècles, rôdant en meutes, décharné et ressemblant à un loup, comme il rôde aujourd’hui dans les rues et sous les murs de toutes les villes orientales. Aucune tentative n’a été faite pour l’attirer dans la compagnie humaine ou pour l’améliorer en docilité. Ce n’est qu’en examinant les archives des hautes civilisations d’Assyrie et d’Égypte que l’on découvre des variétés distinctes de forme canine.

Le chien n’était pas très apprécié en Palestine, et dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, il est communément qualifié de “bête impure” avec mépris et dédain. Même la référence familière au chien de berger dans le Livre de Job “Mais maintenant, ceux qui sont plus jeunes que moi m’ont en dérision, dont j’aurais dédaigné de mettre les pères avec les chiens de mon troupeau” n’est pas sans suggérer du mépris, et il est significatif que la seule allusion biblique au chien comme compagnon reconnu de l’homme se trouve dans le Livre apocryphe de Tobie (v. 16), “Ils partirent donc tous deux, et le chien du jeune homme avec eux”.

La grande multitude de races de chiens différentes et les grandes différences de taille, de points et d’apparence générale sont des faits qui rendent difficile de croire qu’ils puissent avoir une ascendance commune. On pense à la différence entre le Mastiff et l’Epagneul Japonais, le Deerhound et le Pomeranian à la mode, le St. Bernard et le Miniature Black and Tan Terrier, et on est perplexe en contemplant la possibilité qu’ils descendent d’un ancêtre commun. Pourtant, la disparité n’est pas plus grande que celle qui existe entre le cheval du Comté et le poney Shetland, le Shorthorn et le Kerry, ou le Patagonien et le Pygmée ; et tous les éleveurs de chiens savent combien il est facile de produire une variété de type et de taille par une sélection étudiée.

Pour bien comprendre cette question, il faut d’abord considérer l’identité de structure chez le loup et le chien. La meilleure façon d’étudier cette identité de structure est de comparer le système osseux, ou squelette, des deux animaux, qui se ressemblent si étroitement que leur transposition ne serait pas facilement détectée.

La colonne vertébrale du chien se compose de sept vertèbres du cou, treize du dos, sept des reins, trois vertèbres sacrées et vingt à vingt-deux de la queue. Chez le chien comme chez le loup, il y a treize paires de côtes, neuf vraies et quatre fausses. Chacune a quarante-deux dents. Ils ont tous deux cinq orteils avant et quatre orteils arrière, tandis qu’en apparence, le loup commun a tellement l’apparence d’un grand chien nu qu’une description populaire de l’un servirait pour l’autre.

Leurs habitudes ne sont pas non plus différentes. La voix naturelle du loup est un hurlement fort, mais lorsqu’il est confiné avec des chiens, il apprend à aboyer. Bien qu’il soit carnivore, il mange aussi des légumes et, lorsqu’il est malade, il grignote de l’herbe. Lors de la chasse, une meute de loups se divise en plusieurs groupes, l’un suivant la piste de la carrière, l’autre s’efforçant d’intercepter sa retraite, en faisant preuve d’une grande stratégie, un trait dont font preuve beaucoup de nos chiens de sport et de nos terriers lorsqu’ils chassent en équipe.

Un autre point de ressemblance important entre le Canis lupus et le Canis familiaris réside dans le fait que la période de gestation chez les deux espèces est de soixante-trois jours. La portée d’un loup compte de trois à neuf oursons, qui sont aveugles pendant 21 jours. Ils sont allaités pendant deux mois, mais à la fin de cette période, ils sont capables de manger de la chair à moitié digérée et dégorgée pour eux par leur mère ou même leur père.

La taille, la couleur, la forme et les habitudes des chiens indigènes de toutes les régions se rapprochent beaucoup de celles du loup indigène de ces régions. De cette circonstance des plus importantes, il y a beaucoup trop de cas pour permettre de la considérer comme une simple coïncidence. Sir John Richardson, écrivant en 1829, a observé que “la ressemblance entre les loups d’Amérique du Nord et le chien domestique des Indiens est si grande que la taille et la force du loup semblent être la seule différence.

Il a été suggéré que le seul argument incontestable contre la relation lupine du chien est le fait que tous les chiens domestiques aboient, alors que tous les canidés sauvages n’expriment leurs sentiments que par des hurlements. Mais la difficulté n’est pas aussi grande qu’il n’y paraît, puisque nous savons que les chacals, les chiens sauvages et les petits loups élevés par des chiennes en prennent facilement l’habitude. Cependant, les chiens domestiques autorisés à courir à l’état sauvage oublient comment aboyer, alors que certains n’ont pas encore appris à s’exprimer.

La présence ou l’absence de l’habitude d’aboyer ne peut donc pas être considérée comme un argument pour trancher la question de l’origine du chien. Cette pierre d’achoppement disparaît par conséquent, nous laissant dans la position d’être d’accord avec Darwin, dont l’hypothèse finale était qu'”il est fort probable que les chiens domestiques du monde descendent de deux bonnes espèces de loups (C. lupus et C. latrans) et de deux ou trois autres espèces de loups douteuses, à savoir les formes européenne, indienne et nord-africaine, d’au moins une ou deux espèces canines d’Amérique du Sud, de plusieurs races ou espèces de chacals et peut-être d’une ou plusieurs espèces disparues” et que le sang de ces derniers, parfois mélangés, coule dans les veines de nos races domestiques.

Développez l’Intelligence Cachée de votre Chien : https://cutt.ly/UlhZFoN

STOP ABOIEMENT : https://cutt.ly/OlhZ25Y

Dressez Votre Chien en 15 Minutes par jour : https://cutt.ly/MlhV6Pk

Apprenez la Propreté à Votre Chiot ou Chien ! : https://cutt.ly/qlhByPG

Comment Apprendre la Marche en Laisse sans Tirer : https://cutt.ly/7lhBavk

HISTOIRE GÉNÉRALE DES CHIENS.
HISTOIRE GÉNÉRALE DES CHIENS.

Partenaire : AJOOX.COM

Affiliation : 1TPE.COM

Blog : Boutique-Virtuel.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.